Cofepac  
Présentation >>   
Les membres >>   

L'emballage papier-carton  
Les fonctions essentielles >>   
Les produits >>   
Données économiques >>   
Emballage et environnement >>   
Emballage et sécurité alimentaire >>   
Emballage et fin de vie >>   

Publications et communiqués  

Liens  

Contacts  
 
L’emballage papier-carton > Les produits 

Le matériau de base papier-carton d’emballage
Les transformés : le carton ondulé
Les transformés : les cartonnages
Les transformés : les sacs papier


Les transformés : les cartonnages


L’emballage en carton présente des qualités variées. De simple élément de transport, il est devenu une garantie pour l’utilisateur, que le contenu n’a subi aucune atteinte malveillance pendant son transport. Ses vertus principales sont les suivantes :

- L’imprimabilité qui constitue une de ses vertus premières : le progrès de la diversité des techniques permet d’obtenir la qualité irréprochable souhaitée par la clientèle, qui peut ainsi utiliser des emballages de présentation attractive et mettre en valeur une argumentation illustrée. Il s’agit en effet d’identifier le futur produit contenu, d’en assurer la traçabilité, d’informer, d’orienter le choix du consommateur et de donner au concepteur, ou autre intervenant (designer, graphiste…), toute la mesure de leurs talents, pour que le produit puisse, à travers l’emballage, créer l’évènement ou continuer d’assurer sa pérennité.
Les techniques d‘impression et de vernissage sur presse font essentiellement appel aux catégories suivantes :

L’impression à plat : l’offset
La surface à imprimer n’est pas au contact direct du cliché.

L’impression en creux : l’héliogravure
En voie de disparition, cette technique implique un cylindre imprimant gravé en creux.

L’impression en relief : la typographie et la flexographie
Dans le cadre de la typographie, le cliché en relief reçoit l’encre et le transfère sur la surface à imprimer.
Au cours du procédé de flexographie, les motifs et décors sont en relief. Les encres sont transférées sur le cylindre porte cliché et agissent par absorption immédiate sur la surface à imprimer.

- L’adaptabilité qui permet de marier le carton à d’autres matériaux et de joindre l’utile à l’agréable grâce à des opérations de contre-collage (protection), vernissage ou pelliculage (brillance), dorure ou gaufrage (indispensables pour les articles de parfumerie ou cosmétologie), découpes et calages appropriés, etc.

- Le renouvellement qui résulte des facilités d’impression et de la souplesse d’utilisation des cartonnages, ce qui permet à la clientèle de modifier la présentation des produits et aux annonceurs de renouveler leur argumentation : l’image de marque du produit peut ainsi conserver la fraîcheur et l’actualité nécessaires.

- L’impact publicitaire maximum est obtenu avec un minimum d’encombrement : les services de création peuvent l’exploiter d’autant mieux que le carton est soumis à infiniment moins d’impératifs techniques que d’autres matériaux.

En effet, l’avènement de l’informatique a permis au monde de l’édition comme à celui du packaging, de faire un bon qualitatif indéniable. La conception et l’impression d’un emballage s’apparentent étroitement à l’élaboration d’un magazine sur écran, avec la possibilité de travailler en tridimensionnel et de simuler la mise en volume.

- La protection et la sécurité résultent d’une conception judicieuse. Notons ainsi, les exigences fondamentales liées au contact alimentaire. L’objectif fondamental est la protection du produit, et par conséquent, le respect et la sécurité du consommateur. Ces impératifs s’appliquent de manières différentes selon :

• Le type de produit (sucre, surgelé…)
• La nature du produit (sec, humide…)
• La température
• Le temps de contact entre l’emballage et l’aliment

- Le stockage économique lorsqu’il s’agit d’articles livrés à plat.

- La mécanisation des conditionnements à laquelle le cartonnage se prête admirablement. C’est une véritable chaîne de compétences qui entre en interactivité pour que l’ensemble des opérations réussissent : le rainage, le pliage, l’alignement des zones d’encollage, le choix des encres et vernis, le réglage des lignes de transformation ainsi que le conditionnement. Ce dernier est la somme de toutes les opérations qui consistent à associer le produit à l’emballage. 

- Le recyclage et la biodégradabilité : voir rubrique Emballage et environnement

- Enfin, la Publicité sur les Lieux de Vente (PLV) dont le cartonnage est un des éléments essentiels. A partir du moment où le cartonnage devient publicitaire, il n’est plus une abstraction. C’est l’emballage qui défend les couleurs de la marque et du produit. Le cartonnage PLV est essentiellement dynamique puisqu’il peut se renouveler fréquemment : en un mot il est vendeur !
   
   

COFEPAC - 4/6 rue Borromée, 75015 Paris - Tel : 01 45 44 13 37 - Fax : 01 45 48 44 74

Réalisation : www.opreo.com